DAVID JAMIN
ARTISTE PEINTRE

Né en 1970
Exposition Fabiano Galerie d'art MOISSAC
David JAMIN présente son "COUP DE COEUR", diptyque

« Les œuvres de David Jamin sont portées à la connaissance du publique depuis maintenant une dizaine d’années. Sa passion pour le dessin l’anime depuis sa tendre enfance. Il le pratique quotidiennement ; son style s’est esquissé avec le temps. L’artiste incorpore à l’huile plusieurs techniques et différents outils pour exprimer une palette d’émotions. Ils lui permettent de donner sur la toile la profondeur et les sentiments dont il est épris. C’est ainsi qu’il passe du fusain à l’huile en revisitant l’aquarelle ou le pastel au détour d’une inspiration…

Exposition Fabiano Galerie d'art MOISSAC
David JAMIN avec Marie-Madeleine GAUTIER et M et Mme PESLIER à la Galerie GRAAL à Agen le 13 avril 2013


PEINTURE : DAVID JAMIN - INFINIMENT ROUGE
"INFINIMENT ROUGE"

La technique, primordiale à ses yeux, et en constante évolution, n’est utilisée dans son œuvre que pour servir la force de l’émotion. « L’esthétique m’importe peu, l’important à mes yeux, c’est la force » explique-t-il. Le sentiment demeure sa source d’inspiration, c’est lui qu’il tient à restituer dans son œuvre. A travers les nombreux thèmes qu’il a traités jusqu’alors, l’être humain « dans toute da complexité » occupe une place prépondérante. David Jamin donne un visage à la face sensible de l’être humain et amène à la connaissance du publique l’introportrait qui touche le domaine de l’intime. Compression d’introspection et d’autoportrait, l’introportrait se révèle à l' autoportrait de l’âme.
Il expose désormais un peu partout en France, mais aussi au Royaume-Uni, en Belgique ou en Suisse… Son parcours est jalonné de diplômes, médailles et de nombreuses expositions, témoignages de l’intérêt porté à sa peinture par les professionnels de l’art ; la petite lueur dans le regard du publique est au même titre sa récompense.
Le peintre, épris de liberté, joue sur la corde sensible des émotions.
Il vit sa peinture comme il vit sa vie, avec passion, fougue et détermination ! »
Séverine Jamin

«C’était au temps où...
»

C’est extraordinaire ce que quelques traits colorés peuvent exercer comme pouvoir sur nos imaginaires ! Il suffit de la magie de l’incertitude de leurs phrasés, pour que nos perceptions nous entraînent, en cela assistées par nos acquis socio-culturels et nos sensibilités, à entamer un fabuleux voyage par delà temps et espaces.

Aussi, ne soyez pas étonné d’être soudain entouré d’une cacophonie de ahanements et de sifflements, de respirer des odeurs de cuirs patinés et d’entendre le crépitement de talons sur des lambris vernissés ! Vous venez de pénétrer dans le monde apparemment nostalgique de David Jamin ; alors, installez-vous et contemplez ces lieux.

PEINTURE : DAVID JAMIN - VAGUE A L AME
"VAGUE A L'AME"
Faites salon, comme il se doit en habit de soirée, confortablement assis dans les cuirs rouges d’un Chesterfield installé dans le grand fumoir d’un théâtre de Coventry ; vous êtes entre personnes du monde, attendant l’heure de se rendre au concert. D’ailleurs, en arrière plan, violons et contrebasses s’accordent, tandis qu’un pianiste s’échauffe les doigts en de vertigineuses arpèges que la plupart n’entendent pas tant ils sont absorbés par des discussions au sujet du Tonkin, du Siam, des Indes, de la nouvelle Delage. Bref vous avez retrouvé le temps béni des colonies, des années folles, quand tout allait bien dans le meilleur des mondes.

Votre regard glisse discrètement de l’un à l’autre, votre oreille s’ennuie des discours importuns, mais, attentif, parmi ces beaux messieurs, vous en remarquez un qui, comme vous, regarde l’assemblée avec circonspection. C’est David Jamin, l’autre voyageur temporel, tout aussi élégant que l’encan, mais plus profond, infiniment plus sensible, tout entier dévoué à sa mission.

David Jamin de cette époque vous ramenez cet indéniable art de vivre, cette classe et cette distinction, qui font si cruellement défaut en nos temps agités, et vous y avez ajouté ce qui lui manquait, la profondeur de l’introspection ; vous êtes retourné au passé pour porter par votre Art au devant de vos contemporains un message, qui en ces jours encore a toute son importance.
C’était au temps où l’occident avait des certitudes, c’était au temps où tout ne pouvait aller que bien dans le meilleur des mondes, c’était au temps où personne ne voulait voir les êtres vert-de-gris qui se cachaient dans l’ombre !
Frederico Dovesi

PEINTURE : DAVID JAMIN - CHALEUR
"CHALEUR"

« La confusion des genres »

David Jamin aurait pu rester le dessinateur qu’il était il y a une quinzaine d’années mais l’appel de la toile a été le plus fort et plus particulièrement celui du pastel, de la technique sèche. Le peintre s’inspire de l’être humain pour réaliser ses œuvres et travaille beaucoup sur l’androgynie de par « cette grande liberté d’expression qu’elle amène » et notamment celle de la masculinité (aux couleurs ternes) et la féminité (aux couleurs mauves, roses ou jaunes), ces deux parties inhérentes à nous-mêmes. « Je veux travailler de façon très sincère sur ce qui est en moi. J’essaye d’articuler une palette de sentiments… Pour moi, la féminité est extravagante et il y a beaucoup de couleur sur la carnation de mes portrait ».

L’artiste se définit à mi-chemin entre l’expressionnisme et la figuration libre. « Je n’ai pas le coté noir de l’expressionnisme puisque j’essaie de travailler la bienveillance… et je garde une figuration académique avec cette liberté d’action et de couler sur cette carnation ».

L’androgynie, réconciliatrice des deux sexes, offre une parenthèse intimiste et sensible dans cet univers
de yin et de yang où David Jamin « introportraitise » l’humain, « un autoportrait de l’âme »,
miroir des sentiments les plus complexes et les plus profonds.
Véronique David, « Le petit journal », le 16 avril 2013

 

Revenir en haut de la page Revenir en haut de la page